Les enjeux de la diffusion du droit

A l’heure des premiers balbutiements de la jeune démocratie du Mali, il paraît fondamental de mettre à la disposition des juristes en particulier et du grand public en général, un instrument de promotion du droit. Les décisions rendues par les différentes juridictions et les dispositions légales et réglementaires qui leur servent de support étant assez nombreuses et souvent mal connues, un outil d’analyse et de diffusion du droit est sans conteste le meilleur moyen de démocratiser la matière et partant, de la rendre plus accessible.

 

Loin d’être une gageure, le Répertoire d’Analyse du droit (R.A.D.D.) se veut avant tout un lieu d’échanges et de confrontations des idées. Dans cette optique, une analyse ciblée de certains textes de lois et des décisions de jurisprudence les plus intéressantes permettra de rendre compte de l’état et de l’évolution du droit au Mali, à un moment où les particuliers aspirent de plus en plus à un idéal de justice. Afin d’atteindre cet objectif, une organisation tripartite apparaît comme la méthode la mieux adaptée. 

 

Une première partie consacrée à la doctrine permettra aux juristes désireux de donner leurs opinions sur un sujet déterminé, de disposer d’un espace où exercer leurs talents. Il s’agira bien évidemment d’opinions qui ne lieront que leurs auteurs, mais qui auront tout de même le mérite d’apporter quelques éclairages sur les points de droit abordés.

 

Une seconde partie consacrée à la jurisprudence permettra de rendre publiques les décisions les plus intéressantes rendues par les différentes juridictions, peu importe que ces décisions soient conformes au droit ou au contraire, s’en éloignent complètement. Dans les deux cas, un commentaire avisé du raisonnement suivi par les juges contribuera à se faire une opinion sur l’état de la jurisprudence.

 

Enfin, une dernière partie consacrée aux Lois et Règlements permettra d’indiquer et à l’occasion, de commenter les textes susceptibles d’interpeller la communauté des juristes. Comme les décisions rendues par les juridictions, les textes nationaux ou internationaux adoptés par les organes compétents sont eux-aussi très souvent difficiles à appréhender, en raison encore une fois de la limitation des supports de diffusion. Aussi, en rappelant à chaque parution du R.A.D.D. quelques textes positifs, qu’ils soient anciens ou récents, le juriste appelé à raisonner sur une cause trouvera matière à réfléchir.

 

Ainsi, soucieux de permettre à la fois une meilleure compréhension de la matière et un meilleur échange des idées, le R.A.D.D. espère contribuer, ne serait-ce que de manière très limitée, à l’évolution de la théorie et de la pratique du droit en République du Mali.

 

Dans le souci permanent d’apporter au lecteur les matériaux nécessaires à une meilleure appréhension des questions juridiques pratiques, le survol rapide mais pragmatique des différents domaines du droit devra primer sur tout autre considération. C’est ainsi que l’on pourra volontiers se pencher sur les notions de licenciement abusif, de faute dans le divorce ou encore d’éthique. A travers les opinions émises par les auteurs qui se sont penchés sur ces thèmes, on pourra aisément se faire une idée sur leur importance et leur place dans le raisonnement juridique. De même, grâce aux analyses avisées de certaines décisions rendues par les tribunaux, on pourra se faire, de manière significative, une idée sur l’état de la jurisprudence dans certaines matières.

 

Voici donc expliqué de façon lapidaire l’objet du R.A.D.D. qui se veut, non pas un lieu de règlement de comptes, mais plutôt un endroit où la discussion et les échanges d’idées contribueront à donner une nouvelle dimension à la pratique du droit au Mali.

 

A tous les auteurs qui décideront d’apporter leur contribution scientifique au succès de cette démarche, par avance merci.

 

                                                                                              Bamako, le 10 juin 2021

Balla Seye

Docteur en droit